Le Bulletin
de l'Alliance Française

n.5, octobre 2000
Sommaire


n.5, 2000

               

Si jétais président

Olga Kouzmina , lauréate
du Concours Européen de langue française
Nos félicitations à Olga Kouzmina (15 ans), lauréate du Concours Européén de langue française organisé par lAF de Paris en partenariat avec la Fondation Hachette.

Ce concours a été créé en 1954 pour récompenser de jeunes francophones et jouer un rôle nécessaire dans la construction européénne. 39 pays sont conviés à participer à ces épreuves. Le prix du concours? Un voyage à Paris du 7 au 16 juillet 2000. Ce fut une rencontre de 80 jeunes gens et jeunes filles appartenant à 39 nationalités et dont la langue de communication était le français.

Nous sommes srs que Olga témoigna de la bonne formation reçue à lAF et représenta parfaitement la jeunesse francophone de Saint -Pétersbourg. Vous pourrez vous en assurer daprès la lecture de sa dissertation publiée dans ce numéro.

Si jétais Président, cest le rêve de plusieurs adolescents ambitieux. Pourtant, si on me demandait de faire un portrait du président, je dirais quil doit être audacieux, bien cultivé, réfléchi et prudent, équilibré et pondéré. Et jy ajouterais encore un trait que je crois être le principal: le président doit se rendre compte quil est à la tête de lEtat et quil possède un pouvoir à peine mesuré par la Constitution.

Cependant, limage du président change. Il ny a pas longtemps, les Finlandais ont élu une présidente. Et madame Halonen nest pas lunique. On trouve des exemples de femmes au pouvoir dans lhistoire de la Norvège, du Pakistan, aussi bien quen Grande Bretagne ou en France. Cela prouve quune femme peut, aussi bien quun homme, assurer les plus hautes fonctions dun pays moderne.

Et moi aussi, je pourrais tenter ma chance. Je mentourerais de bons ministres et de conseillers, car je comprends quune Présidente ne peut pas être compétante en tout point. Et pour obtenir de meilleurs résultats, je ne commencerais pas par me faire batr de belles résidences, mais jaccorderais mon attention aux maux du pays. Je serais proche des simples gens pour quils me fassent part de leurs problèmes qui pourraient être sans doute résolus. Jessayerais de gagner la confiance de mon peuple. Actuellement, dans notre pays, on peut distinguer deux camps délecteurs: ceux qui sont plutot intéressés par la vie publique et qui veulent agir face aux problèmes, et ceux qui se méfient des problèmes dEtat, expliquant ce phénomène comme manque de choix. Je trouve cette situation peu favorable à la vie politique.

Moi, en tant que Présidente, je suivrais bien les articles de presse et les reportages à la télévision afin de réduire la quantité de mensonge, car linformation érronée peut déboussoler les citoyens. De cette façon je ferais comprendre que participer à la vie politique est un droit fondamental et le devoir majeur de chacun.

Premièrement, je tcherais dattirer des investissements étrangers dans léconomie de mon pays. On créerait de nouvelles entreprises et on y embaucherait ceux qui sont au chômage. Par conséquent, le nombre de chômeurs irait décroissant et le niveau de vie saméliorerait.

Ensuite, je moccuperais du règlement du conflit en Tchétchénie. Cest en 1991 que Eltsine, occupant le poste de président , y a envoyé des armées nombreuses pour démentir lindépendance de Tchétchénie, faite par Doudaiev. Malheureusement, la première étape a été suivie par celle de 1999. Les conséquences de cette guerre sont déplorables: les habitants de lEx-République restent sans travail, sans argent, sans abri, sans proches. Quant à la Russie, on doit avouer que dans chaque ville on trouve de nombreuses tombes des victimes de cette guerre. La tragédie a touché de nombreuses familles, y compris la nôtre. Mon cousin y a été tué à lge de 18 ans. Cest pourquoi, je crois quil faut faire tout possible pour terminer ce conflit. La Russie pourrait bien accorder lindépendance à la Tchétchénie, même si cela prive notre pays de plusieurs ressources naturelles.

Et quand jarriverais à terminer cette guerre et à faire monter le niveau de vie des gens, mon Etat pourrait prétendre à devenir un des pays de lUnion Européenne. Je sais que le but de cette Union est dapporter la prospérité et la paix à tous les pays qui en font partie. Le long de lexistance de cette alliance, lEurope a créé un marché international. Et si les industries se développaient bien, on pourrait livrer la production sur ce marché sans frontières. Encore un atout de cette Union: elle permet déviter les conflits: aujourdhui, on ne peut plus simaginer une guerre entre la France et lEspagne. Et je souhaiterais la même situation pour mon pays. Le soutien mutuel y joue aussi un grand rôle: si un pays traverse une crise économique, les autres pourraient laider.

Après, je me concentrerais sur la vie sociale.

Comme je fais partie de la jeune génération, les problèmes des adolescents me sont proches: le tabac, la drogue, le Sida, y ajoutant lillétrisme et les problèmes avec les parents.

Avant daborder tous ces problèmes, je réaliserais la réforme scolaire: jadapterais le système de plusieurs filières pour les étudiants des grandes classes. On envisagerait aussi un bon équipement dans chaque salle détude: télévisions, magnétoscopes, ordinateurs.

Compte tenu de tous les problèmes que jai déjà cités, je rendrais les cours de psychologie obligatoires à lécole secondaire, afin de réduire au minimum le risque dêtre touché par les drogues ou le Sida. Et pour intéresser les jeunes, on fonderait des clubs damateurs dordinateurs dans chaque arrondissement, on ferait plusieurs pistes et terrains pour les rollers et les ciclystes.

Après mêtre préoccupée des problèmes des jeunes, je me concentrerais sur ceux de la société en général. Vu que la santé reste toujours la valeur prépondérante, jadapterais un nouveau système de Sécuruté Sociale. Je ferais payer des cotisations à ceux qui travaillent. Ces cotisations seraient proportionnelles au revenu, cest-à-dire, les sommes versées par les cotisants seraient différentes. Les citoyens seraient remboursés en cas de maladie ou dun accident inattendu. Les retraités seraient priviligiés aussi. Leur retraite serait satisfaisante pour vivre, et vivre bien. Le manque de moyens est trop présent aujourdhui: on voit beaucoup de gens qui ne peuvent pas se permettre de bons médicaments ou une hospitalisation dans une clinique équipée dun outillage éfficace.

Ce problème est surtout celui des retraités. Par exemple, ma grand-mère est asthmatique depuis plus de dix ans, mais on ne peut rien faire. Les médicaments quelle peut sacheter sont plutôt médiocres, et lhospitalisation cote une fortune! Mais déjà pour ces cachets qui lui sont indispensables, ma grand-mère doit verser une bonne moitié de sa retraite. Il ne lui reste quune petite somme, mais elle doit payer son logement, lalimentation. Et elle nest pas la seule à vivre dans de pareilles conditions.

Donc, une des premières lois que je ferais adopter par notre Douma serait celle de la validation du nouveau système de Sécurité Sociale.

Mais si je devais être sincère en répondant à la question donnée, javouerais que je ne voudrais jamais être président, car son devoir est trop pesant. Néanmoins, si javais la possibilité, je réécrirais ma composition en faisant quelques remarques et je lenverrais à notre futur président qui sera élu dimanche prochain, commençant par les mots de Boris Vian:

Monsieur le Président,
Je vous fais une lettre,
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps

[ Saint-Pétersbourg francophone ]
[ Ecole de l'Alliance Française ]
[ Administrateur du site ]
: .
: .., .., ...
: ., ..
 
Rambler's Top100